Rédacteur Marc Anilton: La mayonnaise n'a pas pris et le président du festival de Cannes Pierre Lescure réfléchit à une façon de "faire vivre le festival pendant l'année",

Déjà le faire vivre tout court pendant le festival serait déjà moins prétentieux...

Apprendre à faire le gandin en haut des marches avec Thierry Fremaux est une chose, une bonne sélection en est une autre...

pierre-lescureCe mépris pour les  journalistes  n'est pas un signe de longévité... 

Pierre Lescure: "Nous réfléchissons avec Thierry Frémaux (sélectionneur et délégué du festival) à la manière de faire vivre le festival pendant l'année. Nous aimerions, entre deux éditions, organiser deux ou trois rendez-vous, dans une métropole à l'étranger", explique Pierre Lescure, qui souhaite aussi "renforcer" les relations avec les Etats-Unis et les "développer" avec la Chine.

Autre évolution souhaitée : augmenter la capacité d'accueil du festival avec "deux salles de projection supplémentaires". "Nous en parlons avec le maire", précise le nouveau patron du festival.

Tirant le bilan de sa première édition comme président, Pierre Lescure reconnaît avoir été "heurté" par "plusieurs choses", et notamment le "ton" de certaines "attaques" de critiques dans la presse contre certains films. "Trop de critiques n'écrivent que pour eux et quelques copains. On ne peut pas étaler un tel mépris, user de mots jamais assez durs pour disqualifier certains et totalement excessifs pour en louanger d'autres", estime-t-il.

Il se défend par ailleurs d'accorder une place de plus en plus importante aux marques: "On m'accuse d'avoir laissé entrer les marchands dans le temple. A-t-on vu, cette année plus de marchands ?", interroge-t-il.

"Que la Fondation Kering participe au financement du documentaire de Luc Jacquet, "La glace et le ciel", sur Claude Lorius, ce glaciologue qui dénonce le facteur humain dans le réchauffement climatique, sélectionné en clôture du festival, qu'aucune chaîne n'a voulu soutenir, où est le drame national ?", poursuit le président du festival.

La présentation par Pierre Lescure du groupe de luxe Kering (ex-PPR), nouveau sponsor, a étonné lors de la conférence de presse d'annonce de la sélection. D'autant que la marque avait été longuement présentée, avant même la liste des films en compétition.